logo.jpg

Pipa, guzheng et qanûn, concert du nouvel an chinois

CONCERTS
 Inscriptions closes
 
4
Date: 25 Jan 2019 20:00

Lieu: Concert

A l'occasion du nouvel an chinois, le Patronage laïque Jules Vallès vous propose un concert exceptionnel de l'artiste Wu Bing, virtuose de Pipa et de Guzheng chinois. Elle sera accompagnée pour l'occasion par un instument venu d'Afrique du Nord, le Qanûn, joué par l'artiste auteure-compositrice tunisienne Hend Zouari. Un mélange inouï que nous sommes fiers d'accueillir au Patronage laïque.  

Le guzheng

L'Art du guzheng remonte à plus de 2800 ans mais c'est de 475 à 206 avant Jésus-Christ que l'instrument acquière ses lettres de noblesse tant à la Cour impériale que dans le peuple. C'est aujourd'hui une cythare à 21 cordes accordée suivant la gamme pentatonique:- do, ré, mi, sol, la.
Claude Debussy a découvert cet instrument à l'occasion de la Foire Exposition Universelle de Paris. Il s'en inspirera pour reproduire dans ses compositions des effets d'eau pour le piano.

1°) Le premier morceau s'intitule « La Cascade en haut de la Montagne » :
Il s'agit d'un des grands morceaux, emblématique du répertoire classique chinois. Ce morceau comporte deux thèmes : celui de la montagne, et celui du torrent. La première partie voit l'utilisation d'un thème sobre et dépouillé qui évoque la majesté de la Montagne ; la deuxième partie illustre l'eau des torrents qui impétueusement dévale les pentes de la Montagne.
Durée : 10 mn

2°) Le titre du prochain morceau « La Danse de Yi », duo guzheng et qanun.
Ce titre mérite quelques explications : Cette pièce est composée en 1960 par M. WANG Hui Ran. Elle est directement inspirée du folklore musical de la minorité ethnique des « Yi ». Le thème mélodique du début est gracieux et presque aérien. Au milieu la musique devient plus puissante, et exprime la jeunesse qui danse le soir venu. Dans sa dernière partie, le morceau reprend le thème initial qui marque l'harmonie du tout.
Durée : 12 mn

3°) Le troisième morceau s'appelle « Les Feuilles d'Automne ». Création pour guzheng et qanun, inspirée librement d'un poème très anciens de LI Bai ( 700 avant JC, dynastie des Tang).
Il s'agit d'une invitation à imaginer à l'automne, le froissemnt les feuilles des arbres qui virevoltent au gré des vents et de la mélodie de l'eau des ruisseaux qui courent.
Durée : 8 mn

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Le pipa

Parlons un peu du « Pipa » : l'Art du pipa remonte à la dynastie des Han en 206 avant J.C. . C'est un luth à quatre cordes (- la – ré – mi – la -) qui se prête à une cinquantaine de techniques différentes : Un poète de la dynastie Tang décrit de manière très vivante la musique du Pipa « les cordes les plus fines résonnent telles une pluie soudaine, les plus grosses comme un soupir étouffé, ensemble, elles façonnent la mélodie, comme des pierres de tailles différentes tombant sur un plateau de jade ».

1°) Le premier morceau que nous allons entendre écrite par M. WANG Fan Di est directement inspiré du folklore du Xingjiang, et s'intitule « Les Roses Rouges qu'il m'a donné... » :
Il s'agit d'une œuvre composée pour la danse ; elle respire la vie, la gaîté, la jeunesse et la bonne humeur sur fond romantique du jeune homme qui offre ses roses rouges à sa promise.
Durée : 8 mn

2°) Le second morceau « Chant et Danse d'ailleurs » écrit en 1925 par M. LIU Tian Hua (très célèbre en Chine, aussi comme maître soliste du erhu (violon chinois)) est particulier pour avoir été inspiré à l'auteur par ses impressions musicales tirées de l'Opéra Italien. On relèvera l'utilisation abondante des « Harmonique », et le ton général sensiblement différent de la musique chinoise classique.
Durée : 12 mn

3°) Le troisième morceau au Pipa s'intitule « L'embuscade » :

Il s'agit d'une composition classique, emblématique du Pipa, qui a pour thème la même bataille que celle de « l'empereur retire son armure » mais cette fois vue du côté des vainqueurs ! Il marque la victoire de l'empereur des HAN lors de cette bataille décisive.

Dans ce morceau de nombreuses techniques sont utilisées : roulements, claquements, pizzicato, harmoniques, glissando, visant à rendre plus vivante la bataille dont l'intensité augmente graduellement jusqu'à un point culminant, pour se calmer progressivement avec l'issue de la bataille. Tendez l'oreille, et vous entendrez les hennissements des chevaux, le choc des armes et celui des boucliers.
Durée : 15 mn

 

Mme WU Bing : d'origine chinoise, diplômée du Conservatoire National de Shanghaï, professeur à l'Université du Zhejiang elle enseigne le pipa et le guzheng à plusieurs générations de futurs professeurs de musique ; concertiste soliste elle donne plus de cent concerts dans une quinzaine de pays dont les USA, le Japon, l'Autriche. Elle créée en 2002 une classe de pipa et guzheng au Conservatoire de Bussy Saint Georges. Grâce à son travail pédagogique, sa classe compte plus de trente élèves répartis dans les trois cycles d'études . En 2008, elle reçoit le diplôme de médaille d'argent comme soliste d'instrument à cordes pincées de l'Académie des Arts, Sciences et Lettres de France .

En France elle collabore au travers de conférences, ateliers musicaux et de danse, poésie, théatre, et bien sûr concerts, avec diverses institutions dont le Centre Culturel de Chine, la Cité de la Musique, et le Musée Guimet. Elle se produit en concerts comme soliste dans de nombreuses villes soit pour des collectivités locales, des associations ou des entreprises, notamment à, Paris, Strasbourg, Nice, Compiègne, Besançon, Bordeaux, etc . Elle participe en 2005 en Hongrie à la demande de l'Ambassade de France, avec un quatuor classique à la création d'une pièce originale en hommage à une peintre chinoise. Elle se produit en concert également pour de l'évènementiel ( lancement d'un James Bond), ou des campagnes de communication de groupes internationaux. Elle travaille avec plusieurs orchestres en région parisienne ( Villepinte, Bussy Saint Georges, …).

Compositeur, depuis quinze ans elle se signale par la sonorisation musicale d'un ensemble de films muets chinois présentés à l'occasion du Festival du film chinois de Paris. Elle a aussi transposé avec succès et à la satisfaction du public des oeuvres occidentales majeures, tel le « Carnaval des Animaux » de Camille Saint-Saens, pour instruments chinois accompagnés de piano, violoncelle, cor et flûtes.

Hend Zouari est l'une des seules femmes au monde à jouer du Qanûn instrument à cordes (78) de la famille cithares, mentionné pour la première fois dans les contes des Mille et une nuits au 10ème siècle. Hend est née à Sfax en Tunisie dans une famille de musiciens. C'est son père qui lui enseigne l'art de jouer de cet instrument peu commun jusqu'à ce qu'elle en maîtrise parfaitement la technique classique orientale. Mission accomplie puisque à peine âgée de 13 ans, elle obtient le premier prix de Kanoun au festival des enfants musiciens de Kram (près de Carthage). Il y a des musiciens qui transpirent la joie de vivre, le bonheur du jeu et du partage des émotions. Hend Zouari en fait partie.

 

Téléphone
0140608600
Email
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet
Tarifs :
Tarifs Ville de Paris, 14,20 et 12,10
Adresse
72, avenue Félix Faure, Paris 15

 

Toutes les Dates


  • 25 Jan 2019 20:00