logo.jpg

Laïcité vue d'ailleurs

Ce cycle sur la laïcité vue à travers différents pays du monde vise à apporter des outils pour mieux comprendre en quoi la laïcité, notion souvent floue ou déformée dans le débat public, est un concept d’organisation politique extrêmement dépendant du contexte sociétal du pays qui le promeut. En observant de plus près plusieurs de ces sociétés, des spécialistes permettent aux auditeurs d’analyser les divergences et accointances entre pays sur le thème du « vivre ensemble ».
Ce cycle, organisé par ACTISCE au Patronage Laïque Jules Vallès, nous amène à enrichir notre réflexion sur différents modes d’organisation de la société à travers le monde.

Peut-on parler de laïcité dans les pays anglos-saxons par Cécile Révauger

14 octobre 2015

Le terme « laïcité » ne peut se traduire en anglais. Securalism est un concept voisin mais non identique, qui distingue tout au plus ce qui est « laïc » de ce qui est « clérical ». Nous ne pouvons juger les rapports entre églises et Etat avec les mêmes critères, en raison des différences culturelles. En effet la pluralité religieuse et l’implication des églises dans les combats sociaux sont des caractéristiques très nettes du monde anglo-saxon. Chaque religion, conçue comme étroitement liée à une communauté ethnique, est respectée en tant que telle.

La laïcité, le pilier de l'identité républicaine Turc par Yusuf Siyret Aktan

18 novembre 2015

Depuis la fondation de la République Turque en 1923, la laïcité reste le principe le plus discuté et controversé. Que signifie la laïcité pour la Turquie ? Aujourd’hui, comment les turcs comprennent la laïcité, et ont-ils besoin de la redéfinir ? En étudiant les bases historiques et philosophiques de la laïcité en Turquie, Yusuf Siyret Aktan met en relief les origines de la laïcité et son évolution en tant que religion politique, opposée à l’Islam traditionnel et politique

Le securalism ou la laïcité à l'indienne par Olivier Herrenschmidt

24 mars 2016

«Secularism», bien que le terme ne fasse son apparition dans le texte constitutionnel qu’en 1976, l’Union indienne se définit dès l’origine comme une secular Republic : «Respect égal de toutes les religions ». Les députés ont alors à l’esprit la construction d’une nation unifiée, où la loyauté des citoyens envers l’État supplanterait l’allégeance traditionnelle à leur communauté. Les minorités religieuses ne s’en trouvent pas moins protégées. Musulmans, chrétiens, sikhs, bouddhistes, jains se voient notamment accorder le droit de maintenir des écoles confessionnelles subventionnées ou de faire du prosélytisme.

Laïcité et invention de la religion en chine par Vincent Goossaert

17 février 2016

Vincent Goossaert nous présente une vue d’ensemble de la situation religieuse en Chine contemporaine, à partir d’une perspective historique, en montrant la façon dont s’articulent les trois enseignements (taoïsme, bouddhisme, confucianisme), les cultes locaux, le christianisme, l’islam, ainsi que les nouveaux mouvements religieux. Il évoquera aussi la présence religieuse chinoise en Ile-de-France.

Une laïcité des pays nordiques par Frédérique Harry

06 avril 2016

L’affaire du foulard, les violentes réactions à la publication des caricatures de Mahomet... et bien d’autres faits témoignent de l’intensification des débats sur la religion dans les pays nordiques. L’accélération de la laïcisation, qui se traduit notamment par la « déconfessionnalisation » des institutions publiques (à savoir l’abandon progressif des références religieuses), révèle des changements importants dans ces sociétés hautement sécularisées qui, au-delà d’évidentes similitudes, adoptent des solutions diverses.