logo.jpg

Femmes et sciences

L’égalité entre les femmes et les hommes est une composante essentielle des fondements de la République et de la laïcité. Dans un monde qui a trop tendance à opposer hommes et femmes, ACTISCE et le Patronage Laïque Jules Vallès sont très attachés à cette égalité. Le domaine des sciences est encore un domaine où les représentations sociales contemporaines contribuent à faire penser qu’il est plus favorable à l’homme.
Ce cycle de conférences met en avant l’importance qu’ont eue les femmes scientifiques à travers le temps.

Germaine Tillion, ethnologue par Erik Guignard

29 septembre 2015

Germaine Tillion était une femme engagée dont les actes de bravoure et d’héroïsme durant la Seconde Guerre mondiale lui ont été récompensés par le Prix Pulitzer en 1947. C’était aussi, en tant qu’ethnologue et historienne au CNRS, une femme qui a consacré sa vie aux sciences humaines. Tout d’abord ses travaux sur les peuples de l’Aurès en Algérie puis après la guerre son travail dans la section Histoire contemporaine, où elle va se concentrer sur des travaux concernant l’histoire de la Seconde Guerre mondiale (notamment ses recherches sur les crimes de guerre nazis).

Les femmes et la science au siècle des lumières par Gérard Chazal

03 novembre 2015

Dès la fin du XVIIe siècle, sous l’influence du développement des sciences et de la nouvelle philosophie, des hommes commencent à poser la question de l’égale capacité des femmes à accéder aux savoirs, contre les vieilles traditions de l’infériorité féminine. Le siècle des Lumières va voir alors émerger non seulement des figures remarquables de femmes scientifiques dans presque tous les domaines, astronomie, physique, mathématiques, botanique… mais elles seront aussi nombreuses à participer à la communauté scientifique.
Cette conférence visera à décrire les conditions de la naissance de ce mouvement de sciences au féminin, ses origines, son développement, mais aussi les obstacles qu’il a rencontrés.

Emmy Noether par Alain Guichardett

1er décembre 2015

Emmy Noether est sans conteste l’une des personnalités les plus importantes du début du XXème siècle. Par son travail et ses recherches, elle est à l’origine de l’algèbre moderne. Elle a révolutionné les théories des anneaux, des corps et des algèbres. En physique, le théorème de Noether explique le lien fondamental entre la symétrie et les lois de conservation. D’origine juive, elle est contrainte (comme Albert Einstein) de s’exiler d’Allemagne en 1933 pour continuer à exercer son activité. Elle mourra deux années plus tard aux Etats-Unis.

La science par les femmes, hier et aujourd’hui par Florence Durret

17 février 2016

Pourquoi les femmes ne sont-elles pas visibles dans les sciences, aujourd’hui comme hier ? Quel rôle ont-elles joué dans la transmission des savoirs ? Elles ont eu accès aux études et travaux scientifiques bien après les hommes. En mathématiques, physique, chimie, médecine ou astronomie, elles ont d’abord collaboré aux travaux des hommes avant de conquérir progressivement leur autonomie. Cette conférence tentera d’éclairer ces différents aspects de la place des femmes dans les sciences ainsi que le rôle significatif qu’elles ont joué dans la progression des connaissances.

Marie Curie par Renaud Huynh

07 juin 2016

Marie Curie, née Maria Salomea Sklodowska, obtient son diplôme de fin d’études avec une médaille d’or en 1883. Maria s’exile alors à Paris en 1892 pour poursuivre ses études de sciences à la Sorbonne où elle finit la première de sa promotion, et deviendra même la première femme à y enseigner. Elle obtient en 1903 le prix Nobel de physique avec son mari Pierre Curie. En 1911, elle obtient son second prix Nobel, cette fois-ci en chimie. Cette conférence propose de retracer des aspects plus méconnus de Marie Curie.