logo.jpg

Jean-Louis Bianco : La laïcité sans adjectif

Catégorie
REVUE DE PRESSE
Date
lundi 6 mars 2017

La laïcité est un concept, qui, depuis que la République est république, a émergé puis s’est imposé dans la société française. Mais la loi de 1905, qui aurait dû en faire une idée neutre, est régulièrement réinterprétée au gré des vents mauvais qui soufflent sur le pays. Jean-Louis Bianco s’en tient, lui, à la laïcité sans adjectif. Toute pure.

Mise à mal et tordue dans tous les sens, la laïcité a besoin d’un rappel de ses fondamentaux. Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité depuis 2013, auteur de La France est-elle laïque ? (2016) est le mieux placé.

Qu’est-ce que la laïcité ?

Il y a beaucoup de confusion, parfois par ignorance mais parfois parce qu’on veut instrumentaliser la laïcité. C’est un principe politique avec des règles juridiques précises qui reposent sur trois piliers.
La liberté, c’est l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (*).
La neutralité de l’État résulte de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État, et s’étend aux services et aux agents de l’État qui ne doivent pas manifester leurs convictions religieuses, politiques ou syndicales.
Le troisième pilier, c’est la citoyenneté. Nous sommes tous différents, c’est une source de richesse à condition que ces différences soient rassemblées dans la citoyenneté, c’est-à-dire que nous soyons tous à égalité de droit, quelles que soient ces différences.

Sous les revendications pour la laïcité, n’y a-t-il pas en vérité un racisme anti-arabe, sachant qu’en France, l’islam est assimilé au monde arabe ?

Il se produit quelque chose de grave, de très dangereux pour la cohésion du pays et qui peut provoquer de graves incidents : trop souvent, il s’agit d’interdire, sous couvert de laïcité, toute manifestation religieuse, le plus souvent aux femmes portant le foulard, même dans la rue. Comme il y a des catholiques de tout bord, il y a des musulmans de tout bord. Le danger, c’est d’essentialiser les musulmans, comme s’il n’y avait qu’un seul islam.

Demain, on pourrait faire pareil pour les convictions politiques, syndicales ou philosophiques.

Le problème, c’est l’homme qui refuse d’être contrôlé dans le train par une femme.

Pourquoi assiste-t-on au renforcement d’une laïcité agressive en France depuis quelques années, au détriment de la conception que vous défendez d’une laïcité protectrice des libertés de chacun ?

La conception que je défends est celle de la loi, des textes, c’est la laïcité sans adjectif. Il y a plusieurs éléments. Une visibilité plus grande en général des religions dans l’espace public, notamment le voile, qui n’est pas dans la culture dominante de notre pays, qui est chrétienne. Un amalgame entre le terrorisme, qui tue d’ailleurs plus de musulmans dans le monde, et l’islam alors que la majorité des musulmans pratiquent leur religion dans la tranquillité.
Le problème, c’est le discours qu’on tient, pas le vêtement que l’on porte. Le problème, c’est l’homme qui refuse d’être contrôlé dans le train par une femme.

Lorsque François Fillon se justifie de son honnêteté par son appartenance au catholicisme et se laisse filmer pendant un office religieux à La Réunion, où est la laïcité ?

L’argument « catholique = honnête ou solidaire » est ridicule et il n’y a aucune raison d’invoquer la religion. Il n’est pas interdit à un candidat de montrer ses convictions mais quand on est élu maire, député, président de la République..., on doit éviter de manifester ses convictions. C’est ce que j’appelle « la jurisprudence De Gaulle ». Quand il était président, le général de Gaulle, qui était à titre personnel un grand croyant, assistait parfois à des offices mais il ne communiait pas et même ne se signait pas.
La laïcité permet de dire qu’on est contre telle loi, mais le principe républicain, c’est que la loi une fois adoptée, on doit l’appliquer.

Propos recueillis par Yves Carroué
yves.carroue@centrefrance.com

Source :
http://www.lamontagne.fr/paris/religion-spiritualite/politique/2017/03/06/la-laicite-sans-adjectif_12306630.html

 
 

Toutes les Dates

  • lundi 6 mars 2017