logo.jpg

Bas-Rhin : le directeur de la CAF muté à cause de la charte de la laïcité

Catégorie
REVUE DE PRESSE
Date
dimanche 5 mars 2017

Le directeur de la CAF du Bas-Rhin refuse de diffuser ce texte et provoque un trouble au niveau national.

La charte de la laïcité devait faire l'unanimité, mais elle est au cœur d'une crise sans précédent entre la Caisse d'allocations familiales (CAF) de Strasbourg (Bas-Rhin), et la Caisse nationale (Cnaf).

Initiée après les attentats de Paris, Montrouge et Vincennes de janvier 2015, elle rappelle aux personnels, usagers et partenaires des 100 CAF de France les principes d'une «République indivisible, laïque, démocratique et sociale».

Mais Michel Reyser, directeur de la CAF de Strasbourg, a refusé de la diffuser. Des convictions religieuses personnelles ? «Ce serait une accusation grave», répond-il avant de justifier son choix en raison d'un risque juridique : «Ce document n'a pas de valeur légale, mais en aurait une si je l'avais diffusé. S'il y a un problème, c'est à moi d'en répondre aux prud'hommes ou au pénal. Si j'ai cette responsabilité, qu'on me laisse définir ce qui est à diffuser.» Résultat : il a été démis de ses fonctions le 26 février, remplacé et affecté à une autre mission.

«Ses» ou «ces» ?

La décision est jugée «humiliante et vexatoire» par l'Association des directeurs de CAF (Adircaf), qui parle d'une «confiance rompue» et qui suspend toute participation aux réunions. Quant à Michel Reyser, il en a appelé cette semaine «à l'autorité de l'Etat pour trancher». Selon lui, en cause l'article 6 de la charte, et ces deux phrases : «Les salariés ne peuvent pas manifester leurs convictions philosophiques, politiques et religieuses. Nul salarié ne peut se prévaloir de ses convictions pour refuser d'accomplir une tâche.»

«Les mots ont un sens, insiste le pointilleux directeur. Il aurait fallu écrire ces convictions, pas ses convictions. Si je la diffuse, on peut très bien m'opposer des convictions syndicales par exemple.»

«Il n'y a pas d'ambiguïté, affirme Daniel Lenoir, directeur général de la Cnaf. M. Reyser n'a pas fait état de difficultés mais d'un refus revendiqué et réitéré. Cette charte fait de la pédagogie de la laïcité, c'est un symbole fort. Tout comme c'est un acte fort de refuser de la diffuser, que je ne peux accepter. Les Caisses sont autonomes, pas indépendantes.» D'où sa décision, «qui n'est ni un licenciement ni une sanction». Lundi et mardi, Daniel Lenoir devrait à nouveau rencontrer l'Adircaf et les syndicats de cadres pour calmer le jeu.

Source : http://www.leparisien.fr/societe/bas-rhin-le-directeur-de-la-caf-mute-a-cause-de-la-charte-de-la-laicite-05-03-2017-6733326.php

 
 

Toutes les Dates

  • dimanche 5 mars 2017