Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

John LOCKE

John Locke est l’un des grands représentants de l'empirisme anglais. Précurseur du libéralisme et promoteur d'une philosophie politique reposant sur la notion de droit naturel, il est pris pour modèle par les philosophes français du siècle des Lumières. Héritier de Francis Bacon (1561-1626), il pense que l'observation joue un rôle majeur dans l'acquisition des connaissances. Sur le plan politique, Locke est l’un des théoriciens du Contrat social.

Son texte, La Lettre sur la tolérance (1689) dans laquelle il montre que l'intolérance vient de la confusion entre le politique et le religieux, est considéré comme l’un des textes précurseurs des Lumières et évoque l’idée de séparation entre le pouvoir spirituel et temporel.

Lettre sur la tolérance (1689)

Dans sa lettre sur la tolérance, John Locke insiste sur la nécessité absolue de distinguer ce qui concerne le gouvernement civil de ce qui appartient à la religion et de tracer les bornes qui séparent les droits de l’un et ceux de l’autre. Pour lui, l’État est une société d’hommes qui ont pour objectif d’établir, de conserver et d’avancer leurs intérêts civils ; l’Église est une société d’hommes qui se réunissent volontairement pour servir Dieu en public, et il la considère comme une association et non pas comme une institution dont on naît membre.

« Il n'y a aucune personne, ni aucune Église, ni enfin aucun État qui ait le droit, sous prétexte de religion, d'envahir les biens d'un autre, ni de le dépouiller de ses avantages temporels. S'il se trouve quelqu'un qui soit d'un autre avis, je voudrais qu'il pensât au nombre infini de procès et de guerres qu'il exciterait par là dans le monde. Si l'on admet une fois que l'empire est fondé sur la grâce, et que la religion se doit établir par la force et par les armes, on ouvre la porte au vol, au meurtre et à des animosités éternelles; il n'y aura plus ni Paix, ni sûreté publique, et l'amitié même ne subsistera plus entre les hommes. »

EN SAVOIR PLUS

Grâce à ce lien, mis à disposition par la bibliothèque numérique francophone Les Classiques des sciences sociales, vous pouvez retrouver le texte intégral de la Lettre sur la tolérance.

http://classiques.uqac.ca/classiques/locke_john/lettre_sur_la_tolerance/lettre_sur_la_tolerance.html