LA "POST-VÉRITÉ" OU LA FAIBLESSE DU VRAI

Vers un régime d’opinion?
 Inscriptions closes
 
106
Date: 2 Oct 2019 19:00

À la suite de la campagne du Brexit et de l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, le dictionnaire d'Oxford prend acte de l'irruption massive du terme « post-vérité » à la fois dans les médias et dans le lexique courant. Elle est définie comme ce qui se rapporte « aux circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'influence sur l'opinion publique que ceux qui font appel à l'émotion ou aux croyances personnelles ». À première vue, un tel constat n'est pas vraiment nouveau: lorsqu'ils s'adressent aux citoyens les responsables politiques sollicitent les émotions et les croyances personnelles plutôt que la rationalité et la réflexion sur les faits. Ils ont ainsi plus de chances, pensent-ils, de gagner leur adhésion et leur soutien. Mais le dictionnaire ajoute ceci, qui est plus intéressant: non seulement la « post-vérité » occupe aujourd'hui une place centrale mais elle implique que la «vérité» est devenue une notion secondaire, insignifiante voire dépourvue de pertinence. Les politiques sollicitent les émotions et les croyances personnelles, plutôt que la rationalité et la réflexion sur les faits. En remettant en question le caractère essentiel de la vérité, la «post-vérité» laisse entrevoir l'affaiblissement et même l'abolition de sa valeur normative: le partage entre le vrai et le faux s'efface. Le préfixe «post» prend alors une inflexion décisive. Il ne désigne pas seulement la succession temporelle (quelque chose vient après ce qui précède) mais une véritable rupture qualitative: non pas l'avènement d'une ère du mensonge généralisé qui succèderait à celle où aurait triomphé la vérité mais la montée en puissance d'une indifférence à la vérité. La vérité n'a plus d'effet sur le réel.


Myriam Revault d’Allonnes est une philosophe française, professeur émérite des universités à l’École pratique des hautes études (EPHE). Elle est également chercheur associé au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po). Elle a enseigné à l’École doctorale de Sciences Po Paris (Théorie politique) et a été directrice de programme au Collège international de philosophie de 1986 à 19922. Elle a dirigé de 2006 à 2013 la collection de philosophie pour enfants « Chouette ! Penser » aux éditions Gallimard-jeunesse. Elle collabore régulièrement à la revue Esprit. Elle a publié de nombreux essais au Seuil, et notamment Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie (2010) et La Crise sans fin. Essai sur l'expérience moderne du temps (2012).

 

 

Téléphone
0140608600
Email
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet
Tarifs :
Entrée libre sur réservation
Adresse
72 avenue Félix Faure

 

Toutes les Dates


  • 2 Oct 2019 19:00